Friday, February 09, 2007

L'Adieu à Ilan

C'était il y a un an. Ilan Halimi, jeune juif français de 23 ans était enlevé et torturé à mort par le désormais tristement célèbre "gang des barbares" de Youssouf Fofana.
Hier, il a été inhumé au cimetière de Jérusalem en présence de plusieurs centaines de personnes venues lui rendre hommage. Les restes du jeune homme avaient été exhumés en France puis transférés vers Israël jeudi par les soins de l'Agence juive. Cette inhumation a été décidée par la famille d'Ilan Halimi qui a tenu, par ce geste hautement symbolique, à affirmer ses liens étroits avec l'Etat juif.Yaël Halimi, la soeur d'Ilan, qui posséde la nationalité israélienne, a assuré que son frère «était un sioniste qui voyait Israël comme son pays. S'il était vivant, il serait parti pour défendre» ce pays. «C'est là que son âme reposera le mieux en paix», a-t-elle ajouté. Dans une émotion retenue, les proches du supplicié étaient assis en silence près de la civière où reposait la dépouille recouverte, comme le veut la tradition juive, d'un châle de prière blanc et noir. L'ambassadeur de France en Israël, Jean-Michel Casa, la tête recouverte d'une kippa noire, a choisi de s'adresser directement à Ruth Halimi, la mère du jeune homme. «Ilan était un Français, l'un des nôtres. Il est devenu tous les Français ; des Français stupéfaits qu'un tel acte, en deça de l'humain, ait pu être commis, ait même été possible», a martelé l'ambassadeur. «Ilan était juif, se sentait juif, se pensait juif. La haine qui a servi de terreau à cette violence, à ce déchainement de haine et d'abjection, à ce crime, fait obligation à la société française toute entière de se remettre en cause, de se mobiliser pour combattre toute résurgence du poison de l'antisémitisme, sans la moindre concession», a-t-il insisté.
Les discours terminés, la foule suit la voiture des pompes funèbres jusqu'au lieu de la mise en terre.Ruth Halimi, soutenue par sa fille Yaël, verse de la terre sur le corps de son fils. La tombe recouverte, les hommes récitent alors d'une seule voix le kaddish. Un groupe de jeunes israéliens a déployé un grand drapeau d'Israël devant la tombe fraichement creusée.Le ministre de l'Intégration, Zeev Boïm, à la vue des couleurs de son pays, a déclaré que «ce crime va faire comprendre aux juifs de France que leur place est ici, en Israël».
Enlevé à Paris le 21 janvier 2006, Ilan Halimi, vendeur en téléphonie, avait été retrouvé trois semaines plus tard agonisant, nu, bâillonné, menotté et portant des stigmates de tortures et de brûlures, près d'une gare en banlieue parisienne. Il avait succombé durant son transfert à l'hôpital. Le chef du gang de Bagneux, avait été interpellé à Abidjan en février, extradé vers la France et inculpé d'«assassinat» dans le cadre de cette affaire. La justice française a retenu la circonstance aggravante d'antisémitisme pour lui et certains de ses complices. A ce jour, 29 personnes ont été mises en examen dans cette affaire.
Avec AFP

2 comments:

Anonymous said...

Adieu

prof said...

hello
visitez jewisheritage.fr et inscrivez vous sur le forum
shalom