Tuesday, August 08, 2006

La Bundeswehr au sud Liban ? warum nicht !

Photobucket - Video and Image Hosting
Le Premier ministre israélien Ehoud Olmert et le ministre des Affaires étrangères allemand Franck-Walter Steinmeier, lors d'une recontre à Jérusalem le 23 juillet dernier.

Allemands et Israéliens auraient-ils définitivement tourné la page de quarante ans de relations - comment dire - ... plutôt hésitantes ? D'après un sondage publié mardi dans le quotidien économique allemand Handelsblatt, près des trois quarts des Israéliens (72%) seraient favorables à une participation de la Bundeswehr - l'armée fédérale allemande - à une force internationale au sud Liban.
Le sondage révèle même qu'environ deux tiers des Israéliens considèrent que les Allemands ont une attitude amicale ou au moins neutre à l'égard de l'Etat hébreu dans le conflit qui oppose, depuis juillet, Israël au Hezbollah libanais. Le sondage indique toutefois que les Israéliens les plus pratiquants sont aussi les plus réticents à une participation de l'armée allemande, en raison du poids historique de la Shoah automatiquement associée à l'histoire de l'Allemagne. De nombreux rescapés des camps vivant en Israël sont également opposés à une intervention de la Bundeswehr, selon le quotidien économique allemand.Toujours selon ce sondage, sept Israéliens sur dix (70%) sont généralement favorables à ce qu'une force placée sous un mandat des Nations unies soit dépêchée au Liban sud.

Début août, le Premier ministre israélien Ehoud Olmert avait indiqué "souhaiter" que l'Allemagne participe à une telle force internationale. "Kompliziert" répond alors l'Allemagne, légèrement embarrassée. Car envoyer des troupes dans une zone en guerre avec Israël, soixante ans après la Shoah, pose, on peut le comprendre, un cas de conscience à l'Allemagne. Imaginer des soldats allemands être amenés à devoir tirer sur des Israéliens passe encore plutôt mal outre-Rhin. Certains politiques ainsi que des dirigeants de la communauté juive allemande, estiment qu'une tel engagement n'est pas envisageable tant que des survivants des camps vivront dans l'Etat juif.
Photobucket - Video and Image Hosting
Quant à la chancelière allemande Angela Merkel, ses positions ambiguës traduisent bien le malaise allemand vis-à-vis d'Israël qui dure depuis plus de 40 ans : le 30 juillet dernier elle estimait que son pays avait un "devoir historique " de "s'engager pour le droit à l'existence d'Israël", tout en affirmant que l'Allemagne n'avait pas l'intention, pour le moment, de contribuer à la force multinationale au Sud Liban. En plus de son lourd passé, l'Allemagne espère, sans froisser Ehoud Olmert, préserver ses bonnes relations avec les pays arabes. Difficile donc de savoir sur quel pied danser. La chancelière aurait également évoqué préferer un engagement civil de son pays dans la reconstruction du Liban à un envoi de troupes.
Si Israël semble avoir réglé son problème avec l'Allemagne, cette dernière a encore un long et difficile chemin à parcourir.


FOCUS : les médias allemands refusent une couverture du Liban en Noir et Blanc

Si le traitement médiatique du conflit en France est plutôt pro-libanais, tel n'est pas le cas en Allemagne. Est-ce par prudence, en raison de leur situation historico-politique délicate ? Toujours est-il que l'approche allemande est, en contrepartie, nettement plus réfléchie et beaucoup moins impulsive. Un peu de nuances dans ce monde de brutes, cela fait du bien. Merci, donc, chers confrères allemands ! Ci-dessous, l'exemple du Journal Stern qui publie sur son site internet un Porte-folio intitulé "Nahost-Krieg: Das Leid auf beiden Seiten", autrement dit "Guerre au Proche-Orient : la souffrance [vue] des deux côtés". Histoire de rappeler que la douleur en temps de guerre n'a pas de frontières.

4 comments:

Cécile said...

Tu parles Allemand Noémie ??

noemie said...

Na ja ! Natürlich ! Allemand première langue ma cholie demoazel!
Comme dirait Vincent Delerm : alemand première langue ... ALLEMAND PREMIERE LANGUE !!! ca laisse songeur...
Mais la langue de Goethe (Connie en conviendra), c'est quand même ouné ZOUPER langue ! et d'ailleurs ça me manque ps mal. Et si je m'y remettais ?

Anonymous said...

70% d'israéliens favorables à l'intervention de l'armée allemande dans cette région : en tant que Juif qui a vu dans quel état sont sortis les rescapés de la shoah et notamment mes parents, je trouve cela indigne.

Ils pardonnent et oublient un peu trop facilement des souffrances qu'ils n'ont pas connues : qu'ils prennent garde, on pardonnera et oubliera facilement leurs propres souffrances.
Et quelquepart, je crois que les problèmes actuels des israéliens viennent aussi de ce qu'ils font un peu trop copain-copain avec les allemands.

Il y a "quelquechose" dans l'univers à qui cela ne plaît pas.

Hugo said...

Oui sauf que dans l'Europe d'aujourd'hui l'Allemagne est certainement le pays avec le moins d'antisemitisme.